[Appel à contribution AIPU 2023 ] L’hybridation des enseignements à l’université : un levier de développement professionnel pédagogique des enseignants ?

L’université de Perpignan Via Domitia en partenariat avec l’université Fédérale de Toulouse et l’université Paul Valéry de Montpellier a le plaisir de vous informer de l’ouverture de l’appel à contribution pour les prochaines journées d’études de l’Association Internationale de Pédagogie Universitaire – section France  jusqu’au jeudi 26 janvier 2023.

La thématique choisie pour ces journées d’études est « L’hybridation des enseignements à l’université : au-delà de l’impact sur l’apprentissage des étudiants, un levier de développement professionnel pédagogique des enseignants ? ».

Deux formats de communication sont proposés : Une communication scientifique et une communication « Co-val » (cf. collaborer pour la valorisation scientifique).

Pour plus d’informations sur l’appel à contribution et l’organisation des journées : https://aipu2023.sciencesconf.org/

Au plaisir de nous retrouver les 30 et 31 mars 2023 à l’université de Perpignan Via Domitia pour partager cet évènement.

APPEL À CONTRIBUTION : Numérique et didactique des langues et cultures – nouvelles pratiques et compétences en développement

Calendrier
Date limite de réception des propositions : 15 mai 2020
Notification d’acceptation : 15 juin 2020
Colloque : 12-13 novembre 2020

Le numérique occupe une place croissante dans nos vies dont il tend à investir tous les domaines : professionnel, personnel, récréatif, éducatif…

Dans le cadre de l’enseignement/apprentissage des langues, l’accès simple et immédiat à de nombreux supports et outils modifie la relation au savoir des enseignants et des apprenants. L’usage pédagogique du numérique peut être à l’initiative à l’enseignant. Ainsi, et qu’il s’agisse de langues moins enseignées au rayonnement géopolitique restreint ou de langues vernaculaires, il ne semble aujourd’hui plus possible de concevoir un enseignement sans recourir au numérique et ce, quelles qu’en soient les modalités : en amont de la salle de classe, durant les cours en présentiel, après les cours.

Il peut bien souvent aussi l’être à l’initiative d’étudiants souhaitant compléter ou approfondir leurs connaissances à partir de leurs téléphones ou de leurs ordinateurs. Ils ont ainsi la possibilité d’accéder à des dictionnaires en ligne, à des vidéos sur les médias sociaux grâce auxquelles ils découvrent des situations culturelles variées, des textes littéraires. Bien qu’étant des « médias non didactiques » ces différentes ressources sont des « vecteurs de transmission de connaissances » (Lancien, 2003 : 11) et à ce titre, ils ont toute leur place dans l’apprentissage des langues. La palette des possibles est infinie.

Cette omniprésence du numérique génère néanmoins de nouvelles problématiques aux langues du monde et à leurs locuteurs : au 21ème siècle, une langue absente de la Toile existe-t-elle encore ? Car les langues n’y sont pas toutes visibles à parts égales. Tandis que certaines disposent d’une multitude de données exploitables (corpus audiovisuels), et de nombreux supports pour l’enseignement/apprentissage (MOOC/CLOM, SPOC, plateforme de conversations en ligne), etc.), les ressources internet de nombreuses autres sont bien moins fournies voire presqu’inexistantes. Pourtant, la présence d’une « petite » dans l’espace numérique mais aussi sa capacité à tirer parti de ce que les nouvelles technologies peuvent lui offrir, représentent un enjeu essentiel pour sa survie dans un contexte de mondialisation, en assurant d’une part sa diffusion et sa visibilité, et d’autre part, en en assurant la patrimonialisation.

Nous serons heureuses d’accueillir les communications sous forme de retour d’expérience, d’analyse critique de supports didactiques, de projets en cours ou à venir.

Celles-ci pourront s’organiser autour des questionnements suivants articulant numérique, savoirs, savoir-faire et savoir-être :

    • Numérique et corpus : quels dispositifs, quelles modalités, quelle préservation et quels objectifs président à la constitution de corpus audiovisuels ?
    • Numérique et culture : quels autres supports pour la classe de langue- culture ?
    • Numérique et nouvelles pratiques pédagogiques : en individualisant les parcours d’apprentissage, en favorisant la collaboration, le numérique conduit-il à l’émergence de nouvelles pratiques enseignantes et étudiantes ?
    • Numérique et compétences : utiliser le numérique en classe de langue-culture mènet- il à l’acquisition de nouvelles compétences ?
    • Numérique, présentiel et distanciel : quelle(s) articulation(s) entre ces différentes modalités ?
    • Numérique et écriture : en favorisant des formats de textes plus courts (chats, blogs, etc.) et en facilitant l’autocorrection, le numérique est-il un facilitateur de production d’écrits ?
    • Numérique et production orale : comment développer la compétence de production orale ? Avec quels outils numériques ?
    • Numérique et activités ludiques : valeur ajoutée pour l’enseignement/apprentissage des langues-cultures ?
    • Numérique et autonomie : le passage par le numérique favorise-t-il réellement l’autonomie des étudiant.e.s ?
    • Numérique et motivation : le numérique soutient-il la motivation ou conduit-il au décrochage ?
Au cours de ces deux journées, la « capsule conversationnelle » sera installée dans le foyer de l’auditorium, cette installation ayant vocation à nourrir discussions et débats. Elle pourra également donner lieu à de premières expérimentations de son utilisation.

Modalités de soumission
Si vous êtes intéressé.e.s pour participer à cette journée, merci d’envoyer avant le 15 mai 2020, un résumé de 600 mots maximum incluant 5 mots-clefs, le titre de votre communication, vos nom et prénom ainsi que votre affiliation institutionnelle aux adresses suivantes :


Comité scientifique
    • Virginie ANDRÉ
    • Olivier BAUDE
    • Nicolas GUICHON
    • Clive HAMILTON
    • Jovan KOSTOV
    • Louise OUVRARD
    • Rachel PANCKHURST
    • Marie-Anne PAVEAU
    • François PEREA
    • Peter STOCKINGER
    • Virginie ZAMPA
Comité d’organisation
    • Catherine BRUMELOT
    • Louise OUVRARD
    • Mélisande PISTONE
    • Rick RAZANADRAKOTO

PNI 6 – Printemps numérique international

Le 21 et le 22 février au lycée français Saint Benoît de Galatasaray a eu lieu la sixième édition du Printemps numérique international. Les thèmes abordés concernaient d’une part l’intelligence artificielle et, de l’autre, la pédagogie active.

Plusieurs ateliers avec les participants ainsi que des conférences sous forme de compte-rendus d’expériences ont été organisés.

Programme

Les élèves du lycée français Saint Benoît de Galatasaray ont également participé à l’événement à travers un IATHON (marathon de programmation en intelligence artificielle). Ils ont produit plusieurs milliers de lignes de code en créant des outils sur le thème de la protection de l’environnement.

Liens : 

Lycée français Saint Benoît

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search